Pourquoi les bacs bruns?

Pourquoi les bacs bruns?

Pourquoi les bacs bruns?

Diminution des gaz à effet de serre, réduction des déchets, fabrication d’engrais naturel, espace de plus en plus restreint dans nos sites d’enfouissement, les bonnes raisons pour effectuer le tournant « brun » sont multiples. En fait, aujourd’hui, mis à part la peur de l’adaptation et de l’inconnu, il n’y a plus de raison pour ne pas gérer nos matières putrescibles… En plus, ce n’est vraiment pas compliqué, notre tonnage mensuel de matières ramassées  le prouvent hors de tout doute!

Enjeux environnementaux

Enjeux environnementaux

Selon RECYC-QUÉBEC, plus de la moitié de notre bac vert (bac à ordures) actuel est constituée de matières organiques (restes de table, gazon, etc.) soit 151 kg par personne par année en 2010. Au-delà de constituer une ressource inestimable pour la production de compost et l’enrichissement de nos sols, ces matières sont également la cause de problèmes particulièrement importants dans les sites d’enfouissement. Lorsque les matières organiques sont enfouies, le processus de décomposition s’effectue en l’absence d’oxygène. Il en résulte des émissions importantes de gaz à effet de serre et autres composés nocifs pour l’environnement et la santé. Selon le MDDELCC, la contribution des ordures au bilan québécois d’émissions de gaz à effet de serre était de l’ordre de 5 % en 2011… majoritairement causée par les matières organiques enfouies.

Politiques gouvernementales

Politiques gouvernementales

La Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, politique gouvernementale prescrivant les objectifs à atteindre en termes de matières résiduelles pour les municipalités, préconise la valorisation de 100 % des matières organiques d’ici 2020. Il sera donc bientôt impossible, sous peine de pénalités financières, de négliger cette nécessité. Le nouveau plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de notre MRC, qui sera adopté au début de 2016, reprend les exigences de la Politique et vise la collecte du bac brun dans ses cinq municipalités au plus tard en 2018. Compte-tenu de ces exigences et de la priorité qu’occupe l’environnement dans les valeurs de notre population et de notre conseil municipal, la Ville de Prévost a décidé d’implanter cette nouvelle collecte dès 2016.

Pas des déchets, de l'or brun pour le jardinier!

Pas des déchets, de l'or brun pour le jardinier!

Nos restes de table et résidus de jardin, tout comme nos feuilles mortes, branches et gazon coupé, sont, trop souvent, perçus comme des déchets. Hors, en plus de causer de graves problèmes environnementaux dans les sites d’enfouissement, ces «déchets» constituent en vérité de luxueuses ressources pour nos plates-bandes et jardins potagers! «Or brun» du jardinier, le compost issu de la décomposition des matières organiques est source de nutriments pour les cultures, en plus de contribuer à la rétention d’eau, à la réduction de l’érosion et à la biodiversité des sols. Au regard des problématiques environnementales actuelles et de la constante dégradation et perte des terres arables, la véritable question est: qu’attendons-nous pour cesser le gaspillage de cette ressource?

Pourquoi des bacs bruns si on fait déjà du compostage domestique?

Pourquoi des bacs bruns si on fait déjà du compostage domestique?

Il faut voir le bac brun comme un complément au compostage domestique.  L’expérience démontre que cette pratique ne permet pas de rejoindre l’ensemble des citoyens, ni de valoriser la totalité des matières organiques produites par un ménage. Ainsi, on ne peut pas mettre les viandes, poissons, produits gras et sucrés, papiers et cartons souillés d’aliments, ni les mauvaises herbes en graines dans un composteur domestique. Pour un ménage effectuant du compostage domestique, la pratique prouve que de 1,5 à 2,5 kg de matières iront tout de même chaque semaine dans le bac brun… soit 100 kg par année! Pour seulement une dizaine de résidences, on atteint une tonne de matière détournée du site d’enfouissement et revalorisée par année! Sans compter que l'hiver, le bac brun sera plus facilement accessible que le composteur au fond du terrain. Le temps est donc venu de complémenter l’utilisation, toujours pertinente, du composteur domestique. La collecte porte à porte par le biais du bac brun demeure, à ce jour, la seule option permettant la valorisation de toutes les matières organiques.

Que fait-on avec les matières collectées ?

Que fait-on avec les matières collectées ?

Les matières collectées sont transportées jusqu’au centre de compostage de Mironor situé à Brownsburg-Chatham. Les matières issues du bac brun y sont mélangées avec des résidus de bois et autres résidus verts, puis empilées, à l’extérieur, en andains. Ces andains sont retournés fréquemment, ce qui accélère le processus de décomposition et leur permet d’atteindre une température suffisamment élevée pour détruire graines de mauvaises herbes et pathogènes. Le compost mature est ensuite tamisé puis vendu à des entreprises, des municipalités et des agriculteurs. Une portion du compost produit vous sera également redistribuée à partir du printemps 2017, en remerciement pour vos efforts… et afin que nos plates-bandes soient les plus belles, évidemment! Vive le brun! Mironor a produit un très bon vidéo qui, en trois petites minutes, décrit toute la chaîne de traitement à leurs installations. Cliquez ici pour le visionner.

Tous droits réservés Ville de Prévost © 2017 Conception Web : Voyou Performance Créative

Formulaire d'envoi